JE NE POUVAIS PAS L'ABANDONNER

JEAN LOUIS COURJAULT

« J’ai écrit ce livre– Pour éclairer les personnes qui n’ont vu dans ce drame dit "des bébés congelés" qu’une monstruosité sans pardon possible.– Pour décrire la détresse qu’on éprouve face à une femme aimée et une mère aimante qui ne se reconnaît plus dans ses actes et qu’on ne peut pas abandonner.– Pour apporter, étant passé par là, un peu de réconfort aux victimes directes ou collatérales du déni de grossesse dans ses dérives extrêmes, que m’ont expliquées d’éminents spécialistes.– Pour dire comment j’ai fait, plutôt que de m’écrouler… LE CHOIX DE COMPRENDRE. » Il y eut d’abord la stupeur. Puis la révolte. Jean-Louis Courjault, qui a lui-même alerté la police de la présence de ces bébés dans le congélateur de leur maison de Séoul, se retrouve mis en examen pour complicité d’assassinat dès que sa femme avoue. Mais avoue quoi ? Des crimes ou un état pathologique ? Elle ne sait pas, ne se souvient pas, « Comment ai-je pu faire ça ? ». Devant pareille détresse, et au fil de ses recherches, Jean-Louis, innocenté, devine que son épouse ne relève pas de la Justice mais de la psychiatrie. Il ne peut pas l’abandonner. Il ne peut pas se laisser aller à son propre désespoir. Il faut élever les enfants, les protéger de la rumeur médiatique qui clame urbi et orbi « Cette femme est un monstre », aider Véronique, qu’il aime, à sortir de son trou noir, échapper lui-même à la culpabilisation : « Qu’aurais-je dû voir, dire, faire ? »Des experts du déni de grossesse l’aideront à admettre les aberrations de cet état, encore mal accepté par certains médecins, par la Justice et par le public.Ce livre n’est pas le fait d’un mari aveuglé par l’amour, mais celui d’un homme qui a su aimer au-delà de l’épreuve, et dont la compassion comme la quête de savoir nous incitent à ne pas rejeter, d’emblée, des phénomènes qui nous dépassent.Partager
BabelioNote moyenne : 2.5/5.

BIBLIOGRAPHIE

Chargement...
Chargement de la liste
Je ne pouvais pas l'abandonner
  • Je ne pouvais pas l'abandonner
  • Je ne pouvais pas l'abandonner
  • Jean Louis Courjault
  • TÉMOIGNAGES MÉMOIRES
  • « J’ai écrit ce livre– Pour éclairer les personnes qui n’ont vu dans ce drame dit "des bébés congelés" qu’une monstruosité sans pardon possible.– Pour décrire la détresse qu’on éprouve face à une femme aimée et une mère aimante qui ne se reconnaît plus dans ses actes et qu’on ne peut pas abandonner.– Pour apporter, étant passé par là, un peu [...]

VOUS AIMEREZ AUSSI

COMME SUR DES ROULETTES: Et si mon handicap était ma plus grande force ?
OSEZ FAIRE CONFIANCE A VOTRE INTUITION
  • OSEZ FAIRE CONFIANCE A VOTRE INTUITION
  • OSEZ FAIRE CONFIANCE A VOTRE INTUITION
  • Lilie Delahaie
  • TÉMOIGNAGES MÉMOIRES
  • Depuis son enfance, Lilie a des intuitions, des prémonitions qu’elle s’est efforcée de cacher pour ne pas connaître le rejet des autres. Grandissant avec cette capacité sur laquelle elle ne peut mettre de mots, elle doit faire face à un drame qui fait voler en éclats sa famille : la mort de son petit frère. Les années passent et [...]
Aimer sans attendre en retour
  • Aimer sans attendre en retour
  • Aimer sans attendre en retour
  • Maddly Bamy
  • TÉMOIGNAGES MÉMOIRES
  • Dès son plus jeune âge, Maddly n’a cessé de développer sa sensibilité, de nourrir sa curiosité et de chercher le but de l’existence. Elle a accompagné Jacques Brel pendant sept ans, jusqu’à sa mort. Or, de façon étrange, cet événement a éclairé sa vie, car dès l’instant où Jacques a quitté ce monde, elle s’est [...]
Le bonheur plus fort que l'oubli - Comment bien vivre avec Alzheimer
L'affaire Jivago
  • L'affaire Jivago
  • L'affaire Jivago
  • TÉMOIGNAGES MÉMOIRES
  • En confiant en 1956 à un éditeur italien son premier roman qu’il savait ne jamais pouvoir publier en Russie, le grand poète Boris Pasternak déclara : « Voici Le Docteur Jivago. Puisse-t-il faire son chemin dans le monde. » Publié d’abord en Italie, puis en France et dans toute l’Europe, le roman attire très vite l’attention de la CIA qui y [...]